Catégories
Politique Santé

Covid-19 : face à une crise inédite, l’exécutif fait ce qu’il peut

Les critiques fusent. De la part de l’opposition, des commerçants, des restaurateurs, du monde de la culture, parfois même du personnel médical. Le gouvernement ne s’est pourtant fixé qu’un seul objectif difficilement attaquable : protéger les Français.

Les annonces du Premier ministre Jean Castex le 10 décembre, alors que le nombre de contaminations en France ne baisse plus depuis 1 semaine, n’ont pas du faire plaisir à beaucoup de monde. La date du déconfinement, le 15 décembre, ne bouge pas, mais les mesures de restrictions sanitaires sont maintenues ou amplifiées : les théâtres et les cinémas resteront fermés, le couvre-feu sera avancé à 20h, y compris pour la Saint-Sylvestre.

La bataille de l’opinion

Impopulaires ces mesures ? Oui pour les publics concernés. Les restaurants, bars, théâtres, cinémas (et tant d’autres) se sentent légitimement floués ; la situation est pour eux dramatique, malgré la multitude des aides d’Etat. Non pour la grande majorité des Français, qui comprennent le choix du gouvernement de privilégier la santé, notamment celle des plus vulnérables. Ainsi, ils sont 75% à être favorables à l’instauration du couvre-feu dès 20h au lieu de 21h.

Lire ou entendre que les Français se coucheraient devant des mesures sanitaires liberticides est un mensonge. Non, les Français ne sont pas des veaux, ils sont pragmatiques et conscients du caractère exceptionnel de la situation. Ils comprennent que les décisions à prendre ne sont pas triviales, qu’elles sont parfois même contradictoires. Ils constatent que la crise est européenne et mondiale, et qu’ils ne veulent pas du bilan tragique que connaissent aujourd’hui les Etats-Unis. Ainsi, il est plutôt rassurant d’entendre un Mathieu Kassovitz, à contre courant de ses collègues, expliquer que les salles de cinémas ne sont “absolument pas essentielles” dans la situation actuelle et qu’il se sent protégé par les décisions du gouvernement.

Alors oui, bien sûr, tout n’a pas été parfait, loin de là. La gestion calamiteuse et les consignes contradictoires sur les masques au printemps dernier ont entamé la confiance des citoyens vis à vis du gouvernement. La stratégie du “tester, tracer, isoler” n’a pas pleinement porté ses fruits. Moquée et ridicule la France? Non, puisque la gestion de la crise sanitaire est difficile partout, et qu’aucun pays n’a réussi à complètement enrayer la propagation du virus, sauf au prix de restrictions de libertés inacceptables en Europe. L’Allemagne, le (très) bon élève de la première vague, souffre davantage aujourd’hui. La situation est également très inquiétante en Italie et au Royaume-Uni, premier pays à avoir lancé le 8 décembre une campagne de vaccination contre le Covid-19. La vaccination devrait débuter aux Etats-Unis ce week-end et début janvier au sein de l’Union européenne.

Gestion de crise et humilité

Face à une crise sanitaire, économique et sociale inédite, l’exécutif français fait de son mieux. Le second confinement porte ses fruits, en témoigne les chiffres des réanimations. L’application TousAntiCovid, d’abord un fiasco, compte désormais plus de 11 millions d’utilisateurs. Les mesures de chômage partiel et de soutien économique aux entreprises ont permis d’éviter à ce stade des licenciements ou des faillites en cascade. Le plan de relance européen de 750 milliards d’euros a enfin été débloqué hier et constitue un véritable succès diplomatique pour Emmanuel Macron. Enfin, la confiance des Français vis-à-vis du gouvernement dans la gestion de la crise est relativement stable. Surtout, les Français estiment qu’aucune opposition ne ferait mieux que le Président français.

Dans un pays où les citoyens attendent beaucoup (trop?) de l’Etat, la déception, la colère, et la méfiance sont le quotidien des gouvernants. Leur tâche n’en est que plus périlleuse. “Je ne critique pas parce que je sais que c’est difficile”, expliquait il y a un mois l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, lorsqu’on l’interrogeait sur la gestion gouvernementale de la crise. Humilité, unité et transparence. Un triptyque dont l’ensemble de la classe politique pourrait bien s’inspirer.

Catégories
Economie Politique

Non, Emmanuel Macron n’est pas (seulement) le Président des riches

Depuis plusieurs semaines, le Président Emmanuel Macron s’est vu collé notamment par ses détracteurs de la France Insoumise, l’étiquette de « Président des riches », comme Nicolas Sarkozy avant lui. Dès lors, est il logique de se poser la question, et de savoir si cette accusation est fondée ou non. 

Catégories
Economie International Politique

Quelle Europe voulons-nous?

Le Brexit a été une surprise sans véritablement en être une. Si les sondages prédisaient majoritairement la victoire du Remain, il n’est guère étonnant de voir sortir de l’Union Européenne le plus critique de ses membres. Il faut maintenant aller de l’avant. 

Catégories
Economie Politique

Projet de loi El Khomri: pourquoi tant de haine?

Le projet de la ministre du travail vient à peine d’être dévoilé qu’il est déjà fortement critiqué. Applaudit par les milieux économiques, il peut pourtant redonner du souffle à un marché du travail français à l’arrêt. 

Catégories
Economie International Politique

Un vent de renouveau en Espagne

Catégories
International Politique

David Cameron rempile pour 5 ans, pas si surprenant que cela

Catégories
Economie International Politique

Syriza, entre espoir et peur

La victoire de Syriza en Grèce le 25 janvier dernier marque un tournant dans la résolution de la crise européenne. Pour le meilleur ou pour le pire…

Catégories
Economie Politique

« Super Mario », le magicien

Mario Draghi lance l'arme suprême Source: flickrSS
Mario Draghi lance l’arme suprême
Source: flickrSS

Catégories
Economie Politique

Pour sortir de la déflation, la BCE ne suffira pas

Catégories
Economie Politique

Le plan Juncker ne fait pas l’unanimité

Attendu, le grand projet d’investissement de 315 milliards pour relancer la croissance européenne a enfin été annoncé par la Commission européenne. Les réactions ne se sont pas faites attendre.